Dénominations

Nom néerlandais : Atlasceder
Nom anglais : Atlas cedar
Nom allemand : Atlas-Zeder

Genre

Cedrus

Informations générales

Fréquence dans cet inventaire : 14
Cette espèce est la 70e plus répandue à l’inventaire.
Consulter le classement des fréquences d’espèces :
XLSX (Excel 2007) - XLS (Excel 1997-2003)

Origine

Le cèdre de l’Atlas forme d’importants peuplements dans les montagnes de l’Afrique du Nord entre 1200 et 2500 m d’altitude : en Algérie (dans les Aurès, la Kabylie et l’Ouarsenis) mais surtout au Maroc (dans le Moyen Atlas, le Rif et le haut Atlas oriental).

 

Il fut découvert en 1826 par Philipp Barker Webb et fut multiplié par le pépiniériste Sénéclauze. Après cette date, il s’est rapidement naturalisé grâce à son utilisation comme essence de reboisement des basses montagnes méditerranéennes du sud de la France (Mont Ventoux, Vaucluse, Pyrénées, …).

Description

Le cèdre de l’Atlas est un conifère sempervirent qui peut atteindre 40m de hauteur. Son port reste longtemps pyramidal mais sa cime devient tabulaire chez les sujets âgés. C’est un arbre qui peut vivre plus de 1000 ans avec des circonférences impressionnantes mais dont la croissance au stade juvénile est faible.

 

Il s’agit d’une essence de demi-ombre, qui supporte toutefois l’exposition directe au soleil, mais dont les jeunes plants nécessitent un abri les premières années. Il supporte les hivers des régions tempérées mais les températures inférieures à -25°C lui sont fatales. Il est particulièrement résistant aux sécheresses prononcées et aux conditions hydriques difficiles ou irrégulières mais ne supporte pas les sols compacts ou hydromorphes. Il n’est pas exigeant au niveau du pH du sol, s’accommodant aussi bien d’un sol acide que d’un sol modérément alcalin mais son optimum est un sol profond et meuble à pH légèrement acide à neutre. Son enracinement pivotant et puissant lui permet aussi de croitre sur des sols superficiels calcaires si la roche est fissurée. Il est particulièrement résistant à la pollution urbaine.

 

Les rameaux sont longs et fins, dressés, gris jaunâtre, à pubescence dense et courte, aux aiguilles vertes (Cedrus atlantica) ou vertes glauques (Cedrus atlantica ‘Glauca’) groupées en rosette sur les rameaux courts ou isolées sur les rameaux longs. Les bourgeons sont petits, ovoïdes, globuleux, vert clair à brun.

 

Les cônes mâles se présentent sous la forme de châtons jaunes orange dorés et dressés répandant un pollen jaune crème abondant en septembre et dispersé par le vent (anémochorie). Tandis que les cônes femelles sont minuscules pendant la pollinisation, ils grandissent jusqu’au mois de juin de l’année suivante pour former un cône lisse de 5 à 8 cm de long sur 4 à 5 cm de diamètre et ombiliqué au sommet. Au bout de deux ans, les cônes du cèdre se désarticulent lentement pour se détacher de l’arbre sur lequel subsiste un picot central qui peut persister plusieurs années.

Taille

Le cèdre ne produit pas de réitération suite à une taille, c'est-à-dire qu’aucun nouveau rameau n’apparaitra sur la section d’une branche coupée. C’est pourquoi, malgré le fait que le bois de cèdre est particulièrement résistant à la pourriture (imputrescible), il est fortement déconseillé de tailler, excepté pour réaliser une taille douce qui vise uniquement à éliminer les rameaux morts à l’intérieur de la couronne ou à couper à leur point d’insertion les branches arrachées. De la même manière, un cèdre qui a subit des dégâts d’arrachage de branche suite à un incident climatique (tempête, chute de neige, …) ne reconstituera jamais l’équilibre de couronne qu’il avait précédemment.

Utilisations

Le cèdre de l’Atlas est largement utilisé pour l’ornementation des parcs mais également des jardins bruxellois dans lesquels la variété à feuilles glauques est particulièrement utilisée.

Le bois de cèdre est un bois de haute qualité ; excellent bois d’œuvre aux propriétés mécaniques élevées, à bonne durabilité et à odeur caractéristique. Il est utilisé en menuiserie intérieure, extérieure et dans la construction navale en raison d’une forte imputrescibilité et du fait que ce n’est pas un bois sujet à l’attaque d’insectes et de vers.

Caractéristiques

Vitesse de croissance : lente au stade juvénil, moyenne avec l'âge
Longévité théorique : + 1000 ans
Exigence en luminosité (adulte) : semi-sciaphile
Affinités avec type de sol : acide à modérément alacalin
Ne résiste pas à la pollution.
Type d’enracinement : pivotant
Profondeur d’enracinement : prononcée

Dimensions

Circonférence maximale dans cet inventaire : 410 cm
Circonférence maximale recensée en Belgique : 651 cm (1999)
Circonférence théorique atteignable : 700 cm
Circonférence minimale théorique pour la mise à l’inventaire* : 190 cm
Circonférence minimale théorique pour qualifier un arbre de remarquable* : 285 cm
Hauteur maximale dans cet inventaire : 35 m
Hauteur théorique atteignable : 20 - 35 m

* Ces critères sont pondérés de la manière définie dans la méthodologie.

Export excel des arbres de cette espèce